titre

Pratique au quotidien
du bouddhisme
de Nichiren Daishonin

(Page complétée par la page "Conseils".)


Matin et soir les pratiquants effectuent chez eux une  méditation  faite de la récitation d'extraits du Sûtra du Lotus, de "daïmokus" (Nam Myoho Rengué Kyo) et de prières.


Autel bouddhique.
Le meuble, nommé butsudan et ici ouvert pour la pratique, protège le  Gohonzon  ("Grand objet de vénération"), mandala consacré par Nichiren et flouté sur cette vue car c'est un objet à caractère personnel dont l'image ne doit pas être diffusée.



silhouette homme en priere




livret de prieres et chapelet nommé juzu

Livret de prières
et chapelet nommé juzu

autel bouddhiste

Le butsudan doit être installé de façon très stable, placé au meilleur endroit de la maison, en un lieu agréable pour pratiquer, seul ou avec d'autres.
L'espace entourant le Gohonzon doit être tenu propre et rangé. Aucune image ne doit être placée au-dessus et le Gonhonzon doit être légérement au-dessus de nos yeux lorsque nous pratiquons.

Sur l'autel, devant le butsudan, on doit placer plusieurs accessoires symboliques :

  •  Un petit pot d'eau  (un récipient en verre, incolore et transparent comme l'eau est idoine) car l'eau est bienfaitrice. Cette eau devrait être renouvelée tous les jours.
Des ustensiles, qui représentent les trois corps du Bouddha (Dharma, rétribution et communication) et les trois vérités (vacuité, conditionnalité et milieu) :
  •  Des branches d'un végétal à feuillage persistant , comme le cyprès, pour exprimer la permanence. Les fleurs sont bannies de cet usage car elles se fanent et se flétrissent beaucoup trop rapidement.
    Ce feuillage, placé à gauche, symbolise l’action de rigueur et de compassion du Bouddha. Il représente donc le corps de communication du Bouddha et la vérité de la conditionnalité.
  •  Une bougie , alors placée du côté droit, ou deux, une de chaque côté, pour représenter le feu de la sagesse, c-à-d le corps de rétribution et la vérité de la vacuite.
  •  De l'encens  : L’encensoir, placé au centre, représente le principe auquel s’est éveillé le Bouddha. Il symbolise le corps de Dharma du Bouddha et la vérité du milieu. Sous forme de bâtonnet, l'encens doit se consumer posé à plat afin d'exprimer le calme et la sérénité.

Ces objets doivent être entretenus régulièrement (quotidiennement pour l'eau, par ex.) afin que l'ensemble soit de belle qualité et exprime notre respect au Gonhonzon, c-à-d à nous-même. Cette action ("Service au Gohonzon") est considérée comme une vertu, propre à favoriser notre développement spirituel. Effectuée avec calme, elle constitue par elle-même un temps de méditation.

contact : luc [@] lucchaumont.com